Date:
Source:
GA 10
Titres:
Orateur:
longueur:
17:53
Remarques chapitre:
Un entraînement tout particulier de la vie des sentiments et des pensées.

I) Pour commencer, diriger son attention avec intensité et en pleine conscience sur certains phénomènes du monde environnant.

Germination, croissance, épanouissement et vie qui se fane, se flétrit, dépérit.
Concentrer l’attention simultanément sur les deux choses : le phénomène extérieur et son écho intérieur, dans un parfait équilibre des forces.

Un monde nouveau commence à poindre comme une aurore : le monde psychique, aussi appelé monde « astral ».
Caractère objectif des lignes et figures ainsi perçues.
La spéculation intellectuelle sur les formes ainsi perçues écarte du chemin de connaissance. Essayer de comprendre ce qui lui disent ces choses dans leur propre langage.

Dans les mondes supérieurs, les pensées et les sentiments sont des faits réels, au même titre que les chaises ou les tables dans le monde physique.
Effet des pensées et sentiments faussés.
Pensées fécondes et sentiments pleins de sens prennent la place d’associations d’idées arbitraires et d’une sentimentalité puérile. Ces sentiments et ces pensées disciplinés permettent à l’homme de s’orienter dans le monde spirituel.

II) Cultiver le rapport avec le monde des sons.

Porter son attention sur les sons émis par un être vivant (animal ou homme). Lier son sentiment à la douleur ou à la joie que ce son révèle, ce qui se passe dans l’être qui émet ce son, en faisant abstraction de lui-même.
Effets de cette discipline sur l’âme du disciple.

S’exercer à une manière d’écouter les autres, avec un détachement parfait de sa propre personne, sans approbation ou désapprobation extérieurs ou intérieurs, sans sentiment de supériorité, de suffisance, ou impression de déplaisir, d’éloignement ou même d’attirance.

Entendre la voix intérieure d’une autre âme.

Ecoute du « verbe intérieur ». L’écoute en esprit.

L’étude zélée de la science initiatique/occulte, fait partie de la préparation, car ces enseignements sont puisés aux sources du « verbe intérieur » vivant. Ce ne sont pas de simples mots, ce sont des forces de vie