Date:
Source:
GA 10
Titres:
Orateur:
longueur:
24:23
Remarques chapitre:
Les conditions de l’entraînement occulte résultent de la nature même du savoir occulte. Des conditions rigoureuses mais non pas dures, du fait qu’on les remplit par un acte qui non seulement doit être libre, mais qui exige cette liberté.

Aucune condition n’exige une réalisation totale. Ce que l’on demande, c’est seulement qu’on s’efforce sincèrement d’y parvenir.

1.    Veiller avec soin à sauvegarder sa santé, pour le corps, l’âme et pour l’esprit. Clarté et le calme dans les pensées, sûreté dans les impressions et les sentiments. Regard équilibré. Mieux vaut un bon sens « terre à terre » que l’exaltation ou l’imagination débridée.
2.    Se ressentir comme un membre de la vie universelle : « Je ne serai plus très éloigné de l’idée que moi, membre de l’organisme humain, je suis solidairement responsable de tout ce qui se passe dans cet organisme », une pensée qui ne doit pas se traduire immédiatement par des manifestations extérieures, de l’agitation, mais au contraire cultivée dans le silence de l’âme, la conduite de l’individu s’en imprégnant ensuite lentement. Un travail en profondeur.
3.    Saisir en profondeur que ses pensées et ses sentiments ont pour l’univers autant d’importance que ses actions ; comprendre que lorsqu’il travaille à son perfectionnement intérieur, l’être humain ne travaille pas seulement pour lui, mais pour l’univers.
4.    Acquérir la conviction que la véritable essence de l’homme ne réside pas au dehors mais au dedans de lui et trouver le juste milieu entre ce que les circonstances extérieures lui prescrivent et ce qu’il juge bon pour son comportement. L’édification en soi-même de la « balance spirituelle » : sur l’un des plateaux de cette balance se trouve un « cœur largement ouvert » aux besoins du monde extérieur; sur l’autre plateau, une « fermeté intérieure » et une « endurance à toute épreuve ».
5.    La persévérance dans l’accomplissement d’une décision une fois prise, sauf cas d’erreur évidente. Ce qui a seul de la valeur pour le monde supérieur : l’action entreprise par amour. Se déclarer prêt à une vie d’abnégation.
6.    Le sentiment de la reconnaissance envers tout ce qui nous arrive.
7.    Concevoir de plus en plus la vie dans le sens que ces conditions exigent. Mettre de l’unité dans son existence.

De même que la forme sans l’esprit est un néant, de même l’esprit qui ne peut créer une forme à son image est stérile.

C’est sur la confiance et sur un réel amour de l’humanité que doit être édifiée toute recherche de la vérité engendrée par sa propre force intérieure. Cet amour s’élargit ensuite progressivement jusqu’à l’amour de tout être, de toute vie. La meilleure façon de combattre le mal et l’imparfait, c’est de réaliser du bien et du parfait.

Avoir la volonté très ferme d’être un « élève ».

Caractère infiniment subtil et délicat de toute activité connaissante, toute vie, toute action dans le monde de l’esprit, d’où la diversité des opinions et points de vue. En s’élevant par le travail et la dévotion, on accède à des vérités suprêmes. La science spirituelle ne promulgue aucun dogme ; elle indique un chemin.